Touchback


ORIGINE
USA
Touchback Affiche

ANNEE
2013
REALISATION

Don Handfield

INTERPRETES
Brian Presley
Kurt Russell
Melanie Lynskey
Critique Touchback
{Photo 1 de Touchback} Ancien champion de football américain quand il était étudiant, Scott Murphy a du renoncer à ses rêves de gloire à la suite d'une grave blessure. Marié et père de deux filles, il est devenu fermier et peine à rembourser ses créances à la banque, laquelle le menace de saisir sa ferme. Acculé à la faillite et n'ayant jamais fait le deuil de sa carrière de footballeur, il décide de se suicider. Ce n'est pas dans l'au-delà qu'il s'éveille mais une semaine avant ce match fatidique qui a ruiné ses rêves, ce retour dans le passé lui offre l'opportunité de recommencer sa vie, la saisira t-il et sacrifiera t-il ce qu'il a construit et notamment sa famille ?

Inspiré principalement du très bon film de Coppola « PEGGY SUE S'E{Photo 2 de Touchback} ST MARIEE » et de la « LA VIE EST BELLE » de Franck Capra, Touchback s'inscrit dans la droite lignée de ces histoires offrant au personnage une seconde chance, celle de faire les bons choix, de ne pas recommencer les mêmes erreurs. Rêve très américain, et en cela affilié au mythe américain même, celui d'un pays vierge attirant les colons souhaitant un nouveau départ, une nouvelle vie. C'est ce qui s'offre à Scott Murphy alors même que sa vie de fermier semble atteindre une impasse et qu'il risque de tout perdre, d'être chassé avec sa famille de sa ferme.

L'action se situe dans une petite ville nommée Coldwater, ville où tout le monde se connaît et où le football américain constitue un moment sacré des habitants,{Photo 3 de Touchback} un rituel où la ville se célèbre elle-même. C'est donc une bourgade du middle west comme on en a vu des milliers dans le cinéma américain. Le réalisateur insiste sur l'aspect social de Coldwater, la population est principalement ouvrière ou exploitant la terre, le rêve de Scott Murphy comme nombre de ses comparses est de quitter ce « trou » pour une grande ville, de se faire un nom et de gagner beaucoup d'argent. Son retour dans son passé cristallise toutes ses interrogations.

Le retour dans la vie étudiante où il était surnommé Mister Football, étant le quaterback qui a permis à son équipe de remporter nombre de victoires, le confronte à son statut de footballeur populaire et à sa petite amie elle-même star du{Photo 4 de Touchback} lycée. Le film traite avec légèreté et peu d'émotion ce retour dans le passé, rapidement le héros reprenant ses marques. C'est la rencontre avec celle qui est devenue sa femme dans sa vie qui l'amènera à douter sur les choix à prendre : éviter cette blessure irréversible à son tibia pour pouvoir quitter sa ville et être engagé dans une université prestigieuse et par conséquent perdre sa famille, sa femme. Cette dernière ne faisant pas partie de son package pour une nouvelle vie, ce sera à cause de son accident qu'il se rapprochera d'elle, changer l'histoire c'est risquer de la perdre à tout jamais. Quant à ses enfants, étrangement le réalisateur ne s'attardera pas sur le sujet, à a aucun moment la question de la perte éventuelle de ses deux filles ne posera question au héros.

Film à l'ode du middle West, à une vie tranquille dans une ville où la solidarité, l'amitié, l'honneur ont encore du sens, TOUCHBACK, très proche en cela du magnifique final de « LA VIE EST BELLE » postule comme le dit un moment la mère du héros, que l'on doit être heureux avec ce que la vie nous offre, qu'il faut se contenter de ce que l'on a. Philosophie plutôt étrange pour un pays qui n'a de cesse de vanter la compétition, le dépassement de soi. On retrouvera avec plaisir Kurt RUSSEL, l'immense Snake Plissken dans « NEW YORK 1997 » dans le rôle du coach de l'équipe de football, rôle pantouflard pour un acteur que l'on voit malheureusement très peu.

Stéphane Pretceille
23/05/2013
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   Creer PDF

Sueurs Froides.fr > Critique > Review
AUTEUR DE L'ARTICLE: Stéphane Pretceille
SES DERNIERS ARTICLES
L'exorcisme
Fedora
Les apaches
Mademoiselle Frankenstein
Revenge city

Vous aimez Touchback ?
Tags du film
Touchback
Moteur de recherche
Tout est bénévole – si ce n’est pas déjà fait, versez votre obole annuelle à l'association Sin'Art : 5 €