Traitement de Choc

Shock to the system


ORIGINE
USA
Traitement de Choc Affiche

ANNEE
2006
REALISATION

Ron Oliver

INTERPRETES
Chad Allen
Sebastian Spence
Michael Woods
Daryl Shuttleworth
Morgan Fairchild...
AUTEUR DE L'ARTICLE: André Côte
SES DERNIERS ARTICLESSES FILMS FETICHES
Holmes et Yoyo
Flic ou Zombie
Fear the Walking Dead - Saison 1
The Crater Lake Monster
Train Express pour l'Enfer
Dark City
Ed Wood
Le Crime Farpait
Le Sixième Sens
Spider-Man 3

Critique Traitement de Choc
{Photo 1 de Traitement de Choc} Un détective privé homosexuel enquête sur la mort de son dernier client. Il découvre l'existence de la fondation Pheonix, organisation spécialisée dans la reconversion d'homosexuels en hétérosexuels.

Le « detective story » est un genre qui a du mal à se renouveler. Ultra balisé avec les œuvres de Raymond Chandler (auteur de Le grand sommeil), Dashiell Hammett (Le faucon maltais) ou encore Mickey Spillane (créateur du personnage de Mike Hammer), on ne compte plus les histoires de détective viril qui mène son enquête dans le milieu de la pègre et qui est séduit par une beauté fatale. En cela, la saga de Donald Strachey offre une alternative intéressante puisqu'il place son intrigue dans le milieu homosexuel : les faux-semblants sont ici transposés dans la peur du coming-out.

L'originalité de{Photo 2 de Traitement de Choc} cette série, qui a débuté en 2005 avec THIRD MAN OUT (et qui compte actuellement 4 volets), est de présenter un détective privée gay qui mène ses investigations avec un professionnalisme digne de ses aînés. La saga expose un regard critique sur la société tout en évitant une quelconque leçon de morale. En effet, le besoin de reconversion des homosexuels en hétérosexuels n'est pas perçu sous un angle manichéen mais sous celui des causalités : notre détective cherche à comprendre les motivations de ses contemporains pour vouloir changer sans pour autant les juger.

Le professionnalisme n'empêche pas une certaine légèreté et le long métrage adopte un look des plus rétro. L'ambiance respire les années 50 avec ce générique en forme de dessin animé, la musique aux tonalités jazzy et la photographie en no{Photo 3 de Traitement de Choc} ir et blanc. La réminiscence prête à sourire lorsque l'on remarque que le récit (à en juger par la technologie informatique ou les modèles de voiture) se déroule à l'époque actuelle, en particulier lors des passages obligés du genre tels que les discussions dans les bars ou les interrogatoires. D'ailleurs, beaucoup regretteront un relatif manque d'action (il n'y a pas de fusillade et si peu de bagarres) puisque le récit privilégie le dialogue pour mieux exposer la psychologie des personnages.

Néanmoins, on constate que Ron Oliver réussit à installer une atmosphère qui crédibilise son postulat. La fondation Phoenix apparaît comme étant une transposition des méthodes de l'Eglise de Scientologie dans sa considération de l'homosexualité, c'est-à-dire comme une maladie à guérir. A ce titre, on perçoit{Photo 4 de Traitement de Choc} dans TRAITEMENT DE CHOC une critique cinglante du politiquement correct et du rapport entre les homosexuels et la société. Effectivement, si Donald Strachey semble évoluer dans le cadre idyllique de la haute société où son homosexualité a été acceptée, il n'oublie pas pour autant les autres gays qui n'ont pas la chance d'évoluer dans un milieu aussi compréhensif. Ainsi, à travers les discussions entretenues avec les proches de la victime, nous décelons des sous-entendus qui mêlent tolérance et hypocrisie. D'ailleurs, on peut se demander si les relations entre Strachey et la police se révèlent aussi tendues en raison de sa situation de détective (refrain connu, un détective se la jouant solo) ou tout simplement à cause de son homosexualité affichée.

Au casting, nous notons que l'interprète de Donal Strachey, Chad Allen (connu pour avoir fait partie du casting de la série DOCTEUR QUINN, FEMME MEDECIN), porte admirablement le film sur ses épaules. A ses côtés, nous retrouvons Sebastian Spence, un visage familier des amateurs de séries de science-fiction et de fantastique puisqu'il tenait la vedette de FIRST WAVE (une production de Coppola) et a fait des apparitions dans SUPERNATURAL et le remake de BATTLESTAR GALACTICA.

En conclusion, le métrage se suit sans ennui, rythmé par les multiples révélations que notre privée s'efforce de passer au crible afin d'évincer les fausses pistes. On regrette juste la décontraction un peu forcée de Strachey qui a tendance à couper court à toute tentative de suspense. Si ce n'est ce léger bémol, TRAITEMENT DE CHOC est une bonne surprise de « detective story ».

André Côte
22/12/2009
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   Creer PDF

Sueurs Froides.fr > Critique > Review

Le film est disponible à l'achat sur le site Sin'Art :
Traitement De Choc DVD Zone 2 20 €
Vous aimez Traitement de Choc ?
Trailer Traitement de Choc
En vente sur Sin'Art
  • Pochette Traitement de Choc - DVD  Zone 2
    DVD Zone 2
    20€
Moteur de recherche
Tout est bénévole – si ce n’est pas déjà fait, versez votre obole annuelle à l'association Sin'Art : 5 €