Two Lost Worlds


ORIGINE
Etats-Unis
Two Lost Worlds Affiche

ANNEE
1951
REALISATION

Norman Dawn

INTERPRETES
James Arness
Kasey Rogers
Bill Kennedy

Voir Two Lost Worlds en streaming VOD

Critique Two Lost Worlds
{Photo 1 de Two Lost Worlds} L'action se déroule en 1830. Un clipper, navire américain très rapide, traverse les océans au son d'une voix off patriotique. Une attaque de pirates contrarie cependant sa progression. S'il parvient à s'enfuir, son capitaine est obligé de faire escale dans un port australien pour y laisser son bras droit, grièvement blessé à la jambe. Ce dernier, Kirk, profite de sa convalescence pour tomber amoureux d'une délicieuse demoiselle, promise à un autre homme. Cette dernière n'est pas insensible au charme de l'aventurier américain, ce que n'apprécie pas vraiment le fiancé officiel de la belle. Les choses s'enveniment entre les deux prétendants, mais, quand la jeune femme est enlevée par de vils pirates, ils s'allient sans hésiter pour secourir la belle de leur cœur.

James Arness, qui joue dans LA CHOSE D'UN AUTRE MONDE la même année, est le héros de ce film de Norman Dawn. La demoiselle qui va tomber éperdument amoureuse de lui est Kasey Rogers, qui incarnera par la suite Louise Tate dans la série Ma sorcière bien aimée.

Après le western avec des dinosaures qu'est THE BEAST OF HOLLOW MOUNTAIN, voici donc une histoire de créatures préhistoriques tueuses se passant dans une époque propice aux films de capes et d'épées. D'ailleurs, tous les éléments sont réunis pour faire un pur film de ce genre cinématographique.Des bateaux, des pirates, un preux capitaine sans peur et sans reproche, une belle demoiselle en détresse, rien ne manque. Cependant, Norman Dawn préfère essayer de montrer les scènes d'action de manière réaliste. Que ce soit les batailles navales, les abordages ou le pillage d'une petite ville, il n'y a aucun héroïsme irréaliste, aucun bretteur capable de défaire des hordes d'ennemis, ou encore des hommes se laissant glisser le long des voiles, un couteau les ralentissant. Non, à base de stock shot, de fumée, et autres artifices des plus inventifs, le réalisateur nous plonge de manière crédible au cœur de l'action. Certes, les personnages sont caricaturaux. Certes, la voix off, emplie d'un patriotisme un peu niais, fait sourire. Certes, l'histoire d'amour est assez niaise, elle-aussi, tout en étant touchante. Cependant, l'intrigue se laisse suivre avec un certain plaisir, au rythme des dialogues ou de l'action, le clou du spectacle étant une éruption volcanique du plus bel effet. A ce titre, il est tout de même impressionnant de voir à quel point les scènes d'action sont impressionnantes, bien faites et passionnantes. Bien avant les effets digitaux, il est rafraichissant de voir tout ce qu'il était possible de mettre en scène, avec un peu de réflexion et d'imagination.

Mais les dinosaures, dans tout ça ? C'est hélas le souci de ce film assez court (un peu plus d'une heure). Si, évidemment, nos héros finissent par échouer sur une île peuplée de grosses bêtes (ici des lézards sur des maquettes), ils surviennent très tardivement et n'ont pas grande incidence sur l'intrigue. Les héros assistent à un combat entre deux créatures préhistoriques, et plusieurs se font happer par l'éruption, mais c'est tout. Ils apparaissent très brièvement, ne menacent pas vraiment les personnages principaux, en bref, nous restons sur notre faim, en ce qui concerne les monstres.

Sorti de cela, le métrage, s'il n'est pas inoubliable, est plaisant à regarder et permet de passer un bon moment.

Yannik Vanesse
10/01/2012
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   Creer PDF

Sueurs Froides.fr > Critique > Retrospective
AUTEUR DE L'ARTICLE: Yannik Vanesse
SES DERNIERS ARTICLESSES FILMS FETICHES
The Burbs
La Vallée du solitaire
Les Sentiers de la haine
Holocauste Nazi
Savage Weekend
Alien, le Huitième Passager
Cannibal Holocaust
Halloween (John Carpenter)
Le Masque du Démon
Zombie

Vous aimez Two Lost Worlds ?
Trailer Two Lost Worlds
Moteur de recherche
Tout est bénévole – si ce n’est pas déjà fait, versez votre obole annuelle à l'association Sin'Art : 5 €