Une Lumière Entre les Arbres


ORIGINE
France
Une Lumière Entre les Arbres Affiche

LITTÉRATURE
ANNEE
1974
AUTEUR
Jean-Pierre Andrevon
Critique Littéraire Une Lumière Entre les Arbres
UNE LUMIERE ENTRE LES ARBRES est le troisième et dernier Angoisse de Jean Pierre Andrevon/Alphonse Brutsche au Fleuve Noir, juste après le très bon REFLUX DE LA NUIT.

Andrevon est l'un des romanciers populaires français les plus passionnants, un touche-à-tout talentueux, comme beaucoup d'ex du Fleuve Noir, qui réussit presque tout ce qu'il entreprend en littérature. On apprécie aussi ses chroniques, notamment dans L'Ecran Fantastique - avec un collègue au moins aussi talentueux : Claude Ecken (ENFER CLOS, LA PESTE VERTE).

Dans le domaine du fantastique et de l'horreur, outre ses Angoisse, Andrevon a signé deux Gore mais aussi les excellents REVENANTS DE L'OMBRE, ZOMBIES : UN HORIZON DE CENDRES et SHERMAN (CHRISTINE avec un tank, pour faire outrageusement simple !), avec un égal bonheur.

UNE LUMIERE ENTRE LES ARBRES, c'est l'aventure cauchemardesque de 4 jeunes touristes tombés entre les griffes d'un savant fou, digne héritier du docteur Moreau.

Ces jeunes en vadrouille pourraient aussi bien être atttaqués par des cannibales à la MASSACRE A LA TRONCONNEUSE ; le roman est très moderne dans sa première partie, assurément plus influencé par l'horreur cinématographique de ces années-là (1974) que par les classiques d'Angoisse signés Kurt Steiner ou Marc Agapit -encore que, thématique oblige, on pense aux Frankenstein de Benoît Becker/Jean-Claude Carrière. L'un des héros le dit à son copain fan de polars et d'épouvante : nous sommes en 1972, pas dans un roman de Kurt Steiner ! Très drôle référence d'un Andrevon cultivé qui connaît et apprécie sûrement ses illustres prédécesseurs.

La narration est très intéressante : les personnages sont souvent séparés et les actions menées en parallèle - d'où un suspence très cinoche, et surtout très efficace. Ils sont constamment épiés, suivis, traqués. Le malaise est palpable.

Sans être franchement gore, UNE LUMIERE ENTRE LES ARBRES anticipe déjà, un peu comme les Rayjean dans la même collection, la future et cultissime Gore, toujours au Fleuve Noir, immense pourvoyeur en bisseries littéraires souvent de très bonne tenue. Qu'on en juge avec ce passage, P. 84 :

« La minuscule scie circulaire du bistouri électrique ronronnait déjà. Les champs opératoires avaient été délimités par un trait bleu, net sur la chair pâle, elle-même bordée de blancs linceuls.

Le petit engin brillant et ronronnant s'approcha, son sifflement se fit plus aigu lorsqu'il toucha la chair endormie. Suivant sa course précise, la ligne bleue se transformait en rigole sanglante, et le sang charriait de minuscules esquilles d'os. (...) La calotte crânienne se détacha avec un bruit de succion, comme un oeuf à la coque, décapité. »

Le savant fou fait dans la lobotomie, la greffe de cerveau, TREPANATOR avant la lettre, et dans les animaux mutants (lapins géants, mouton carnivore, chien à deux têtes...).

Le final est hallucinant. Un incendie embrase la demeure de l'horreur, les bêtes s'échappent... On nage en plein cauchemar éveillé. On pense aux créatures du docteur Moreau, on pense à FREAKS aussi. Ne résistons pas à un nouvel extrait, P. 209 :

« La gueule du loup s'était refermée sur la gorge de Gort, tandis que le caniche greffé mordait avec fureur la moitié carbonisée du visage du géant, qui se fragmentait en parcelles craquantes, laissant apparaître des plaques horriblement roses de derme suintant. Mais l'assistant avait encerclé le corps de la bête de son bras le plus valide, et tentait de l'étouffer, tandis que la main aux doigts racornis par la flamme cherchait les yeux du loup. »

Jean-Pierre Andrevon signe avec UNE LUMIERE ENTRE LES ARBRES un petit bijou d'horreur noire, pseudo-scientifique (il est aussi un auteur de S.F majeur), qu'il conviendrait de rééditer un jour ou l'autre. En attendant, on le cherchera sans perdre son temps chez les bouquinistes...

Patryck Ficini
27/06/2012
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   Creer PDF

Sueurs Froides.fr > Critique > Chroniques Infernales
AUTEUR DE L'ARTICLE: Patryck Ficini
SES DERNIERS ARTICLESSES FILMS FETICHES
3 Aventures dans l'Himalaya
Le Mort qu'il faut Tuer
Cerveaux Empoisonnés
Luis avec les Brigades Rouges
Huit Petits Hommes Rouges
Django
Frayeurs
Goldfinger
Keoma
L’Au-delà

Vous aimez Une Lumière Entre les Arbres ?
Moteur de recherche