Upgrade


ORIGINE
Australie
Upgrade Affiche

ANNEE
2018
REALISATION

Leigh Whannell

INTERPRETES
Logan Marshall-Green
Betty Gabriel
Harrison Gilbertson
AUTEUR DE L'ARTICLE: Philippe DELVAUX
SES DERNIERS ARTICLESSES FILMS FETICHES
Selle d’Argent
Mandy
A man’s flower road
Liverleaf
Frig
Conan le Barbare
C’est Arrivé Près De Chez Vous
Marquis
Princesse Mononoke
Sacré Graal

Critique Upgrade
{Photo 1 de Upgrade} Dans un monde futuriste hyperconnecté, bien que marié à une ingénieur informatique, Grey refuse de céder aux progrès technologiques et conserve un mode de vie à l'ancienne. Mais une agression le laisse paraplégique, sa femme Asha assassinée. Heureusement, un riche PDG d'une compagnie de haute technologie, pour qui il réparait de vieilles voitures, lui propose l'insertion expérimentale et secrète d'une puce dans la moelle épinière. Cette puce est l'ordinateur le plus puissant au monde. Elle restaure toute sa mobilité et lui confère une force et une rapidité inégalée. Mieux encore, elle pense de manière autonome et peut aider Grey à retrouver ceux qui{Photo 2 de Upgrade} ont l'agressé.

On connaît surtout Leigh Whannell pour avoir signé les scénarios des premiers opus des sagas SAW et INSIDIOUS mais aussi COOTIES et DEAD SILENCE. Après la réalisation de INSIDIOUS : CHAPITRE 3, il change d'univers en s'essayant à la SF.

Sous les atours d'une série B bien roulée se cache un film plus malin qu'il n'y parait. A première vue, on reprend les codes du film de super-héros (ce genre qui encombre ad nauseam les salles de cinéma) : un homme ordinaire qui se transforme en super-héros et s'en va (se) faire justice. Jusqu'à ce que la conclusion quitte le giron trop policé de ce genre pour quelque chose de bien plus sombre{Photo 3 de Upgrade} et désespéré. Quelque chose de l'ordre du ROBOCOP mâtiné d'un JUSTICIER DANS LA VILLE qui croiserait MATRIX... sans le happy end final.

UPGRADE rejoint alors cette SF qui ne cesse de nous mettre en garde contre les dérives incontrôlées de l'évolution technologique.

Le mythe est icarien : à trop vouloir quitter la condition humaine, pour s'approcher du soleil, on se brule les ailes. Mais la modernisation du mythe, de plus en plus présente dans la science-fiction moderne, réside dans la responsabilité collective : l'action d'un homme (ou d'un pays, ou d'une multinationale) peut mettre en péril l'humanité entière. Se pose une question d'ordre quasiphilosophique que nos sociétés devraient traiter : quelle degré de liberté conserver à l'individu dès lors qu'il aurait le pouvoir de détruire l'humain ? Question en rade de réponse depuis l'invention de la bombe atomique, question de plus en plus prégnante à mesure que se développe les capacités humaines.

Mais UPGRADE développe une autre interrogation, connexe : qu'est-ce qui nous rend humain ? Et y répond : notre liberté de penser d'une part, d'agir de l'autre. Ici, le scénario prend un malin plaisir à tordre le concept d'autonomie puisque celle-ci est perdue dès lors que Grey retrouve la capacité de se mouvoir. A l'invasion de l'esprit par des aliens, des fantômes, ou d'autres personnes répond cette fois la substitution de l'humain par l'intelligence artificielle qu'il a créée. Et lorsque le combat commence, l'humanité a déjà perdu.

UPGRADE est un film qui parle donc des garde-fous que nous devrions mettre en place car en 2018, l'intelligence artificielle ne cesse de progresser et l'imbrication entre humain et machine évolue bien plus rapidement que notre capacité à la penser sainement... le débat éthique lui, semble rester très théorique.

Présenté à l'Etrange festival 2018, UPGRADE fait donc partie de ces petites séries B qui dépassent leur seul statut d'entertainer. Recommandable.

Philippe DELVAUX
31/01/2019
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   Creer PDF

Sueurs Froides.fr > Critique > Review
Vous aimez Upgrade ?
Trailer Upgrade
Moteur de recherche
Tout est bénévole – si ce n’est pas déjà fait, versez votre obole annuelle à l'association Sin'Art : 5 €