Vampires


ORIGINE
Belgique
Vampires Affiche

ANNEE
2010
REALISATION

Vincent Lanoo

INTERPRETES
Carlo Ferrante
Vera Van Dooren
Pierre Lognay
Juien Doré
AUTEUR DE L'ARTICLE: Philippe Delvaux
SES DERNIERS ARTICLESSES FILMS FETICHES
Les garçons sauvages
L'emprise des ténèbres
Tokyo Vampire hotel
Ni juge, ni soumise
Ugly nasty people
Conan le Barbare
C’est Arrivé Près De Chez Vous
Marquis
Princesse Mononoke
Sacré Graal

Critique Vampires
{Photo 1 de Vampires} Une équipe de télévision obtient l'autorisation de filmer un reportage sur une famille de vampires belges. Nous entrons dans l'intimité d'un monde inconnu, avec ses petites manies, ses spécificités... ses dangers.

« Ils ne sont pas beaux, ils ne sont pas intelligents, ils ne sont pas sexy... mais ils sont belges. » Telle est la tagline du nouveau méfait de Vincent Lanoo, l'auteur de STRASS.

La comédie vampirique remonte à loin. Sans doute découle-t-elle partiellement des rires involontairement causés par nombre de réalisations médiocres qui ont parsemé l'histoire du genre, sans doute aussi par le postulat parfois un peu ridicule du décorum vampirique traditionnel une fois qu'il est confronté à la logique du monde contemporain réel. Toujours est-il que nombre de réalisateurs se sont emparés du mythe pour l'introduire dans des comédies : LE BAL DES VAMPIRES de Roman Polanski, DEAD AND LOVING IT de Mel Brooks ou, en descendant nettement plus bas, LES CHARLOTS ET LES VAMPIRES. Plus récemment, la France accouchait encore de LES DENTS DE LA NUIT tandis que des Etats-Unis nous vient une nouvelle comédie musicale rock tentant de concurrenc{Photo 2 de Vampires} er le ROCKY HORROR PICTURE SHOW, SUCK.

La satire sociale sous couverture allégorique ou parabolique remonte à fort loin. En littérature, les lumières s'y sont par exemples adonnés pour contourner l'écueil de la censure : ne citons qu'un moraliste comme Voltaire (Zadig). Et en Angleterre, les voyages de Gulliver de Jonathan Swift n'avaient aucunement l'intention de se limiter au simple amusement comme l'œuvre est trop souvent perçue de nos jours.

Le cinéma belge peut revendiquer une œuvre satirique fondatrice, issue des années nonante, décennie ayant vu éclore mondialement les réalisations du plat pays : la programmation en section parallèle cannoise de C'EST ARRIVÉ PRÈS DE CHEZ VOUS a provoqué une onde de choc qui se répercute encore de nos jours, comme en témoigne ce VAMPIRES de Vincent Lanoo. Les deux œuvres partagent tant de ressemblances qu'on pourrait presque parler d'un remake caché, ou plutôt d'une variation sur un même thème : le faux reportage, l'assassin d'un abord sympathique mais aux actes abominables dont on découvre le quotidien, la connivence avec l'équipe technique, le danger sous-jacent mais ignor{Photo 3 de Vampires} é par des cameramen aveugles, les propos les plus osés lâchés sur le ton de la badinerie (le « boudin noir » en parlant du repas constitué par une victime africaine vaut bien la tirade sur le membre viril et les singes verts de C'EST ARRIVÉ PRÈS DE CHEZ VOUS), et on en passe, absolument tout y est.

Et si on a cité C'EST ARRIVÉ PRÈS DE CHEZ VOUS, il nous faut alors nécessairement remonter à la source de ce dernier film, la série télévisée de reportages sociétal STRIP TEASE. En 1992, cette émission culte en Belgique est encore largement inconnue en France, ce qui rend le film de Bonzel, Belvaux et Poelvoorde encore plus décalé. Entre temps, STRIP TEASE a migré sur France 3 et a bénéficié de diffusion dvd qui lui a assuré une large visibilité française, permettant au public de l'hexagone de gouter aujourd'hui à ce VAMPIRES avec tout l'appareillage culturel ad hoc pour en déguster les références. Ce ne sera d'ailleurs pas la seule référence à l'univers télévisuel de VAMPIRES : Lanoo replace ainsi, en guise de clin d'œil, le « Salut, tu vas bien ? » que Les Inconnus ont popularisé (à la même époque que C'EST ARRIVÉ PRÈS DE CHEZ VOUS,{Photo 4 de Vampires} on y revient) à travers les sketchs parodiant le mode de vie de la bourgeoisie ET les vampires des impôts. Créatures de la nuit et bourgeoisie, la citation était adéquate !

Comédie au vitriol, VAMPIRES pétrole à tout va : Belgique, petite bourgeoisie, adolescence, institutions officielles, mode de vie nord américain et évidemment culture télévisuelle, tout est passé à la moulinette d'une œuvre drôlissime.

Le film fait mouche sur tous les tableaux : grande qualité de la réalisation, qui use avec bonheur de la grammaire cinématographique du reportage tv, justesse de l'interprétation des comédiens qui trouvent le subtil équilibre pour faire passer de l'émotion tout en déversant sans sourciller palanquée d'énormités, savoureuse galerie de personnages secondaires et enfin excellence scénaristique et rythmique. A ce dernier titre, le spectateur attentif remarque d'ailleurs que le film semble se clore après une heure pour redémarrer ensuite sur un dernier acte situé au Canada. Nous n'avons pu interroger le réalisateur à ce propos mais émettons l'hypothèse qu'il a été prévu à un stade du projet un montage court destiné aux programmations télévisées d'une heure. Existerait-il que le film aurait effectivement tout aussi bien fonctionné que dans le montage exploité en salle.

VAMPIRES vous fera rire une heure et demi durant, tout en osant, par son discours décalé, pointer nos mode de vie, nos us culturels, nos petits arrangements... bref, tout ce qui constitue le sel d'une bonne comédie.

VAMPIRES a été présenté au BIFFF en avril 2010 et en septembre lors d'une nuit vampirique à l'Etrange Festival. Il succédait alors à l'autre comédie draculesque du moment, l'américaine et musicale SUCK, plutôt inspirée, elle, d'un des volets de la saga vampirique d'Anne Rice et mettant en scène Iggy Pop, Alice Cooper, Henry Rollins, etc., là où VAMPIRES aligne quand même... Julien Doré. A l'applaudimètre, il est évident que le petit budget belge a enfoncé le poids lourd américain. A noter que la comédie réussit plutôt bien à l'Etrange festival 2010 qui s'est ouvert avec un autre chef d'œuvre de drôlerie grinçante, l'explosif FOUR LIONS.

VAMPIRES est sorti en salle française en septembre 2010. Courez-y, vous pourrez par la suite vous targuer de l'avoir découvert au cinéma.

Philippe Delvaux
09/09/2010
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   Creer PDF

Sueurs Froides.fr > Critique > Review
Vous aimez Vampires ?
Trailer Vampires
Moteur de recherche
Tout est bénévole – si ce n’est pas déjà fait, versez votre obole annuelle à l'association Sin'Art : 5 €