Very Bad Deal

Road of no Return


ORIGINE
USA
Very Bad Deal Affiche

ANNEE
2009
REALISATION

Parviz Saghizadeh

INTERPRETES
Michael Blain-Rozgay
Ernest Anthony
Michael Madsen
David Carradine
Shane Woodson
Carlie Westerman
Sandy Kanan
Jose Andrews
Monty Jordan
Boo Arnold
Critique Very Bad Deal
{Photo 1 de Very Bad Deal} Il y a des films que l'on a envie d'aimer, sans les avoir vu, juste en se basant sur leur titre, un visuel publicitaire ou un bref résumé. ROAD OF NO RETURN est de ceux-là avec son affiche faisant la part belle à deux gueules charismatiques de la série B et son appellation qui éradique d'entrée tout espoir. Quant au pitch, il est assez accrocheur et nous promet d'assister à l'élimination de trafiquants de drogues par un groupe de tueurs à gages. Hélas, le film n'est pas vraiment à la hauteur de l'attente et bon nombre de spectateurs auront l'impression d'avoir réalisé au sens propre ce que prédit le titre français de l'œuvre : un VERY BAD DEAL.

Quatre hommes, qui ne se connaissent pas, sont recruté{Photo 2 de Very Bad Deal} s pour une mission bien particulière par une mystérieuse organisation. Ils doivent éliminer des trafiquants de drogues, prendre des photos des cadavres et ramener si possible des listes de complices à leur commendataire. Ces assassins sont en fait manipulés par des dirigeants de la D.E.A., l'organisme fédéral de lutte contre la drogue, qui a l'autorisation d'employer des professionnels afin d'optimiser le combat contre les narcotrafiquants. Bien évidemment les choses ne se passent pas comme prévues et les agents gouvernementaux décident de se débarrasser de ces encombrants et illégitimes subalternes...

Petit budget, le film souffre en fait bien plus de son scénario qui n'arrive pas à se détacher des code{Photo 3 de Very Bad Deal} s du néo polar, genre lancé à la face du public au début des années 90 par Quentin Tarantino. L'ombre envahissante de sa plume concise en matière de dialogues plane sur tout le film alors que le cinéphile bavard n'est nullement impliqué dans le projet. C'est ainsi que nos tueurs discutent de tout et de rien, dissertent sur du vent alors que les situations les plus improbables se déroulent autour d'eux. A cela, viennent encore s'ajouter quelques clichés éculés pour achever le tableau et faire basculer le film dans une parodie involontairement drôle où l'on se surprend à rire, mais pas toujours après un bon mot.

Du côté des tueurs on retrouve un basané barbu et philosophe, censé venir du Moyen Orient, qui{Photo 4 de Very Bad Deal} fait gentiment la leçon à tout le monde alors qu'il est lui-même accroc à la coke. Le black de service est bien un voyou du ghetto, qui tient son flingue de travers, mais qui étudie les maths pour tenter de s'en sortir. Il y a aussi un indien zen, un rien en retrait, et l'inévitable bouseux américain qui dissimule son manque de matière grise derrière un racisme de cours d'école. La mère de ce dernier débarque soudainement dans la planque du quatuor, histoire de faire le ménage et de veiller à ce que son rejeton s'alimente correctement.

Quant à Michael Madsen et David Carradine, coproducteurs mis en avant sur l'affiche, ils se contentent d'endosser le rôle des agents de la D.E.A. et, à défaut de participer pleinement à l'action, profèrent des menaces jouissives. Cruelle déception pour tous ceux qui espéraient voir les frangins mélancoliques de KILL BILL refaire équipe pour dessouder du dealer, ou tout simplement se livrer une guerre sans merci.

Cinéaste sous trop forte influence, Parviz Saghizadeh, également auteur du scénario, rate donc le coche pour son premier long métrage. Privé de sa personnalité propre, VERY BAD DEAL n'arrive jamais à trouver un équilibre et, en dépit d'idées intéressantes et de scènes courageuses comme celles se soldant par la mort d'enfants, laisse une énorme impression de gâchis, ce qui risque bien de l'envoyer végéter au rayon des navets juste bons à régaler les amateurs du genre.

Éric Peretti
31/07/2010
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   Creer PDF

Sueurs Froides.fr > Critique > Review
AUTEUR DE L'ARTICLE: Éric Peretti
SES DERNIERS ARTICLESSES FILMS FETICHES
Black Movie 2015 : Toutes les couleurs de la vie
Black Movie 2015 : Toute la noirceur du monde
Black Movie 2014
Anahita Ghazvinizadeh : Rencontre avec une réalisatrice à suivre
Alfonso Acosta : Discussion autour d’une première œuvre
Café Flesh
Cannibal Holocaust
New York 1997
Punishment Park
Ré-Animator


Le film est disponible à l'achat sur le site Sin'Art :
Very Bad Deal DVD Zone 2 15 €
Vous aimez Very Bad Deal ?
Trailer Very Bad Deal
En vente sur Sin'Art
  • Pochette Very Bad Deal - DVD  Zone 2
    DVD Zone 2
    15€
Moteur de recherche
Tout est bénévole – si ce n’est pas déjà fait, versez votre obole annuelle à l'association Sin'Art : 5 €