Who saw her die?

Chi l'ha vista morire?


ORIGINE
Italie
Who saw her die? Affiche

ANNEE
1972
REALISATION

Aldo Lado

INTERPRETES
George Lazenby
Anita Strinberg
Adolfo Celi
AUTEUR DE L'ARTICLE: Alexandre Lecouffe
SES DERNIERS ARTICLESSES FILMS FETICHES
L'espion qui venait du surgelé
Le prix du danger
Glissements progressifs du plaisir
Le manoir de la terreur
Barbe-Bleue
La Horde Sauvage
Les Yeux Sans Visage
Mad Max
Suspiria
Zu Les Guerruers De La Montagne Magique

Critique Who saw her die?
{Photo 1 de Who saw her die?} Second film d'Aldo Lado après JE SUIS VIVANT (1971), WHO SAW HER DIE ? prolonge et approfondit certains thèmes et parti pris du réalisateur italien. Comme son prédécesseur, WHO SAW HER DIE est un giallo respectueux des codes du genre et en même temps, une variation sur ce genre.

Le film débute en 1968 en Suisse ; une petite fille est sauvagement assassinée par ce qui semble être une femme portant un voile et des gants (!). Le meurtre est toujours non élucidé quatre ans plus tard alors que nous suivons l'arrivée à Venise d'une petite fille venue y rejoindre son père, Franco Serpieri, un talentueux sculpteur (joué par George Lazenby qui fut James Bond dans AU SERVICE DE SA MAJESTE trois ans plus tôt). Peu après, sa fille est enlevée par une mystérieuse femme gantée et voilée et retrouvée morte{Photo 2 de Who saw her die?} dans le Grand Canal. Franco est alors rejoint par sa femme (la très racée Anita Strindberg que l'on peut admirer entre autres dans LA QUEUE DU SCORPION de Umberto Lenzi). Le couple, terrassé par le chagrin, va tenter de se reconstruire avec pour objectif la recherche de l'assassin qui en est à sa troisième victime.

On retrouve dans WHO SAW HER DIE l'ambiance sombre et violente du giallo, une énigme meurtrière, un assassin ténébreux dont on perçoit les méfaits en caméra subjective et des personnages tous plus inquiétants et névrosés les uns que les autres. Cependant, c'est davantage la création d'une atmosphère mystérieuse et irréelle qui semble intéresser le réalisateur plutôt que la résolution du « whodunit » (ou du « qui l'a vue mourir ? » plutôt !). Tout comme dans JE SUIS VIVANT où la vil{Photo 3 de Who saw her die?} le (Prague) revêtait une importance particulière, c'est ici Venise qui devient un élément primordial du métrage et même un personnage à part entière. Filmée par quelqu'un qui la connaît bien (Aldo Lado y est né), la Cité des Doges se révèle un cadre à la fois somptueux et étrange ce qui sied parfaitement au film et à son intrigue. En choisissant de mettre en avant les aspects les moins connus de sa ville (des rues désertes et labyrinthiques où les touristes ne vont pas, des ruelles et des cours fermées, le Canal dans une brume persistante..) Aldo Lado lui donne un aspect fantastique et quasiment onirique qui s'accorde parfaitement à l'ambiance mortifère que le film développe progressivement. A ce propos, il paraît intéressant de noter que le remarquable NE VOUS RETOURNEZ PAS (Nicolas Roeg, 1973{Photo 4 de Who saw her die?} ), bien qu'adapté d'une nouvelle de Daphné Du Maurier, partagera d'évidents points communs avec WHO SAW HER DIE (le décès tragique de l'enfant du couple, le cadre Vénitien tout aussi étouffant, le caractère obsessionnel du père cherchant à résoudre l'énigme).

Mais c'est aussi par l'audace des thèmes abordés que le film trouve son originalité et sa force : les victimes sont des enfants- fait inédit jusqu'alors dans un giallo- et le thème tabou de la pédophilie est abordé sans que le film n'en devienne douteux, loin s'en faut. Tradition « giallesque » oblige, la plupart des personnages se caractérisent par leur corruption et leur perversion morales et leur appartenance à la classe dominante de la société. Les meurtres- nombreux et graphiquement assez explicites- sont filmés efficacement c'est-à-dire en maintenant un suspense : l'assassin est toujours hors champ et frappe quand on s'y attend le moins. Le seul bémol vient de la complexité des liens entre les coupables potentiels et du flou qui entoure les réelles motivations du meurtrier. A ce titre, le dénouement peut paraître un peu décevant car peu vraisemblable. Qu'importe, Aldo Lado parvient à construire un film qui trouve une vraie unité à mi-chemin entre le giallo classique et une vision personnelle de celui-ci. Finalement, impossible de ne pas mentionner, comme contribution essentielle à cette réussite, la musique inoubliable d'Ennio Morricone. Le thème-comptine (« Chi l'ha vista morire »), la musique et les chœurs liturgiques chantés par des enfants donnent à WHO SAW HER DIE une dimension encore plus poignante et vénéneuse.

Alexandre Lecouffe
22/12/2009
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   Creer PDF

Sueurs Froides.fr > Critique > Retrospective

Le film est disponible à l'achat sur le site Sin'Art :
Who Saw Her Die? DVD Zone 1 16.84 €
Vous aimez Who saw her die? ?
Tags du film
Giallo
En vente sur Sin'Art
  • Pochette Who Saw Her Die? - DVD  Zone 1
    DVD Zone 1
    16.84€
Moteur de recherche
Tout est bénévole – si ce n’est pas déjà fait, versez votre obole annuelle à l'association Sin'Art : 5 €