Wrong


ORIGINE
France
Wrong Affiche

ANNEE
2012
REALISATION

Quentin Dupieux

INTERPRETES
Jack Plotnick
Eric Judor
Alexis Dziena
Critique Wrong
{Photo 1 de Wrong} Dolph se réveille un matin. Il cherche son chien, et découvre avec effroi qu'il a disparu. Cette quête de l'animal en fuite va le mener dans un étrange voyage à la limite du non-sens, et par moments bien au-delà.

Quentin Dupieux s'est forgé une certaine réputation avec ses films très atypiques. STEAK, mais surtout RUBBER et son histoire de pneu serial-killer ont fait parler d'eux et ont valu à leur réalisateur d'être considéré comme un auteur possédant un univers bien à lui.

Dès les premières minutes du métrage, on comprend que WRONG est un film étrange. En effet, le réveil qui affiche 7h60 au moment où il se met à sonner, surprend et fait sour{Photo 2 de Wrong} ire. Tout le film sera ainsi une suite de séquences faisant penser à des sketchs liés entre eux, et de personnages étranges, débitant des phrases sibyllines. Le spectateur pense évidemment à David Lynch, grand spécialiste des univers tordus et distordus dont la compréhension échappe au spectateur.

Ici, on se retrouve avec des moments plus ou moins réussis et plus ou moins drôles. Entre le jardinier un peu à l'ouest qui découvre que le palmier de Dolph s'est transformé en sapin (Eric Judor, est très intéressant dans ce rôle et plus pondéré que d'habitude), le voisin qui se rend au bout du monde, la pluie qui s'abat dans le bureau de Dolph, on assiste,{Photo 3 de Wrong} un peu perdu, à un catalogue de bizarreries, et on se demande finalement où tout cela mène : Hélas, nulle part ; n'est pas David Lynch qui veut ! Au final, WRONG est un peu vain.

Cependant, le voyage n'est pas forcément déplaisant et, s'il faut admettre que le film ne laissera pas forcément un souvenir impérissable, il permet quand même de passer un moment agréable. Certaines séquences font sourire, et même rire. Voir Dolph essayer d'entrer en télépathie avec Paul, son chien, alors que sa nouvelle femme ne cesse de l'interrompre, ou encore quand le détective privé parvient à récupérer les souvenirs d'un étron de l'animal, sont des moments irrésisti{Photo 4 de Wrong} bles ; d'autres le sont moins. L'ensemble reste assez digeste, en grande partie grâce aux acteurs qui parviennent à rendre crédibles leur personnages complètement à l'ouest. Jack Plotnick, qui incarne le personnage principal, est tout particulièrement excellent. Il traverse le film, le regard un peu ahuri, embarrassé et triste, qui sied totalement à l'être qu'il incarne. La réalisation posée, évite les mouvements de caméras inutiles

Quentin Dupieux est un auteur, et il serait même intéressant de voir ce qu'il pourrait faire d'un sujet plus classique. Il parvient à rendre cohérent son tout plutôt non-sensique.

Bien que vain et ne conduisant nulle part, WRONG possède un univers, assurément très proche de David Lynch, avec cette petite ville qui fait énormément penser à une petite communauté américaine (on songe forcément à TWIN PEAKS) où peuvent se produire des choses très surprenantes sans que cela choque personne.

Il est cependant dommage que Quentin Dupieux expédie un peu trop rapidement certains de ses personnages, comme la charmante femme de Dolph, ou que d'autres ne soient pas un peu plus présents, tel ce policier décalé qui surveille un accident de la route au début du film.

WRONG est donc un film étrange, mais reste un voyage intéressant et agréable dans l'imaginaire de son réalisateur.

Yannik Vanesse
21/02/2013
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   Creer PDF

Sueurs Froides.fr > Critique > Review
AUTEUR DE L'ARTICLE: Yannik Vanesse
SES DERNIERS ARTICLESSES FILMS FETICHES
Les Sentiers de la haine
Holocauste Nazi
Savage Weekend
Le Pionnier de l'espace
Le Scorpion Rouge
Alien, le Huitième Passager
Cannibal Holocaust
Halloween (John Carpenter)
Le Masque du Démon
Zombie

Vous aimez Wrong ?
Trailer Wrong
Tags du film
Comédie, non-sens
Moteur de recherche
Tout est bénévole – si ce n’est pas déjà fait, versez votre obole annuelle à l'association Sin'Art : 5 €