S U E U R S     F R O I D E S

Unknown
USA - 2006 - Réalisation : Simon Brand - Interprètes : James Caviezel, Greg Kinnear, Bridget Moynahan, Barry Pepper.

Un vieil entrepôt perdu on ne sait où et dont il est impossible de sortir. A l’intérieur, cinq hommes en plus ou moins bonne santé. Un d’entre eux est menotté, un autre attaché à une chaise, un troisième a le nez cassé, et les deux autres n’ont a priori rien de bien particulier. Ils se réveillent petit à petit les uns après les autres sans aucun souvenir de ce qui a pu les mettre dans pareille situation. Un état qu’ils doivent à des produits chimiques dont l’inhalation provoque l’amnésie voire la mort suivant la dose respirée…
UNKNOWN porte décidément bien son nom en ce sens que les cinq personnages sont tous de parfaits étrangers. Le spectateur ne connaîtra d’ailleurs pas tous les noms de nos cinq protagonistes. Deux d’entre eux se rappelleront leur nom au fur et à mesure, notamment un certain M.Coles dont la femme, Eliza (Bridget Moynahan, qui incarnait récemment la femme de Nicolas Cage dans LORD OF WAR), a plus d’un tour dans son sac. Dommage que sa performance la rapproche plus d’une cruche que d’une manipulatrice… On suit ainsi cette dernière en pleine investigation avec la police. Ils tentent de remonter les pistes leur permettant de retrouver le mari de madame. L’actrice, encore une fois, aurait pu se montrer plus convaincante (voir la séquence où, pour paraître triste concernant la disparition de son époux, elle nous fait son petit chagrin) !
Le premier film de Simon Brand, de par son aspect huit clos, évoque bon nombre de longs métrages sortis ces dernières années comme CUBE ou SAW. L’enquête policière menée en parallèle peut, par certains côtés, le rapprocher de THE USUAL SUSPECTS ou d’un RESERVOIR DOGS, film dont les noms des personnages restaient également anonymes. Malgré toutes ces références potentielles, UNKNOWN parvient quand même à susciter notre intérêt. Notre curiosité est d’ailleurs savamment satisfaite, à l’aide de flashbacks utilisés avec parcimonie afin bien entendu de ne pas tout dévoiler trop vite. Ceux-ci apparaissent à chaque fois qu’un protagoniste va aux toilettes et se regarde dans la glace ; la vision de sa propre image lui évoque alors des bribes de son passé…
Le problème de ce genre de films, qui mise beaucoup sur le mystère entourant ses protagonistes, est sa faible propension à être vu plusieurs fois. En effet, une fois que les surprises du pitch sont connues, il devient tout de suite plus difficile de visionner le film à nouveau. Sa structure en puzzle à la MEMENTO tombe donc à l’eau dès que l’on en connaît les twists.
Quoi qu’il en soit, même si l’on n’a pas forcément envie d’y revenir dans l’immédiat, UNKNOWN nous fait passer un bon moment. Heureusement que certains acteurs sont là pour nous mettre dedans, comme Peter Stormare (l’évadé John Abbruzi dans PRISON BREAK) qui a vraiment la tête de l’emploi, car ce n’est pas l’originalité du scénario qui aurait pu sauver le tout.

Michaël Guarné rubrique review
Images 0 Unknown

Images 1 Unknown

Images 2 Unknown